Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 juin 2014 4 05 /06 /juin /2014 12:46

Récemment, à l’occasion d’une séance de repassage, j’ai revu Green Lantern, que j’avais beaucoup aimé quand il est sorti, et dont j’ai acquis le DVD aussitôt qu’il est sorti, pour manifester mon soutien à une œuvre mal aimée du public.

Quand ce film est sorti, il a été conspué de partout. Tout le monde l’a détesté au point qu’il a été effacé de la continuité officielle des films DC. A l’époque, je n’avais franchement pas compris pourquoi. Maintenant que j’ai revu le film, je ne comprends toujours pas.

Histoire d’y voir plus clair, j’ai été relire quelques critiques, et je ne suis pas plus avancée. Incohérences ? Où ça ? Les seules que j’ai relevées sont celles qui sont déjà dans l’univers original (le film a même un peu cherché à les atténuer, mais il avait trop de respect pour son modèle pour les faire disparaître). Mauvais effet spéciaux ? Admettons. C’est un style, c’est pas forcément agréable à regarder. On peut ne pas aimer, mais de là à crier au foutage de gueule, faudrait pas charrier. Ca a cette allure là parce que ça veut avoir cette allure là, des effort ont été fait pour arriver à ce style visuel, ça n’a pas été torché en vingt minutes.

Personnages ? Ben, c’est exactement ceux du comic. Etat d’esprit ? Idem. Histoire ? C’est une synthèse de plusieurs comics, mais la synthèse tient la route. Univers ? Celui du comic. Niveau de sérieux ? Celui du comic.

A force, j’en arrive à cette théorie : ceux qui ont détesté Green Lantern le film ne savaient pas ce qu’ils allaient voir, quand ils y sont allés. Ils n’ont pas lu les comics, et ne savaient pas à quoi on est censé s’attendre quand on regarde un film Green Lanten.

Parce que Green Lantern, c’est un super héros qui se bat en créant des battes de base-ball en lumière verte géantes. Je répète pour être sûre que vous ayez bien entendu. Green Lantern, c’est un héros qui crée des battes de base-ball en lumière verte géantes. Non, ce n’est pas un héros classe. Non, ce n’est pas un héros épique. C’est un héros qui crée des battes de base-ball géantes pour lutter contre un insecte en lumière jaune géant capable de posséder les esprits. Parmi les collègues de boulot de ce joyeux batteur, il y a un écureuil, une boule disco, une pieuvre, une PLANETE QUI PENSE…

Quand au monsieur lui-même, c’est un vague mix entre Flash et Batman, sauf qu’il a aussi le défaut d’être un tombeur et une tête brulée, et d’avoir un sérieux problème avec l’autorité (ce qui tombe assez bien puisqu’il bosse pour les plus gros et incompétents fascistes de l’univers).

Sincèrement, la seule chose qu’on peut reprocher à ce film Green Lantern, c’est d’être un film Green Lantern. Si vous vouliez du sérieux, du noble, de l’épique, du contemplatif, du philosophique, il fallait aller voir n’importe quoi sauf un film Green Lantern.

Le film respecte l’état d’esprit des comics. Vivant avec un fan invétéré de Green Lantern, je sais de quoi je parle quand je l’affirme. Indépendamment de ça, il est drôle, l’histoire est bien construite, j’ai tout au plus repéré, au deuxième visionnage, quelques passages qui auraient pu être plus courts. Les personnages sont bien campés. Je regrette de vous contredire tous, mais Ryan Reynolds est bon, dans ce rôle. Bon, il a peut-être un peu plus de caractère que n’en a le Hal Jordan des comics, mais POURQUOI est-ce qu’il faudrait que je m’en plaigne ? Il joue à merveille le grand gosse qui cherche les emmerdes mais fuis les responsabilités parce qu’il a un peu trop conscience des réalités pour aimer être raisonnable. Un personnage attachant parce qu’imparfait, introduit, représenté, campé exactement de la manière appropiée. Donc je regrette, oui, Ryan Reynolds est bon dans ce rôle. (non, en fait, je ne regrette pas, il est bon) Et les détournements des clichés classiques des comics sont jouissifs. (« Je t’ai vu grandir, je t’ai vu à poil, et tu crois que je ne vais pas te reconnaître sous prétexte que tu me cache tes pommettes ? »)

Ce film est aussi bon que peut l’être un film Green Lantern. On a le droit de ne pas aimer Green Lantern, c’est un concept difficile à avaler. C’est un univers cartoonesque, invraissemblable, avec des règles complètement dénuées de sens. C’est à cause de ces caractéristiques que ceux qui aiment le comic l’aiment, et que ceux qui le détestent le détestent. C’est une antipathie légitime, mais qu’on admette enfin les choses comme elles sont. Le film n’est coupable de rien, que d’avoir été fidèle à l’œuvre originale.

Maintenant, il faudra m’expliquer pourquoi la série animée, Green Lantern, avec le même univers, les mêmes personnages, le même caractère déjanté, le même état d’esprit, une esthétique infiniment plus moche et une narration beaucoup plus maladroite, rencontre autant de succès et d’éloges alors que ce film continue à être unanimement décrié.

Quelque chose m’échappe définitivement.

Partager cet article

Repost 0
Published by tchoucky - dans Mes lectures
commenter cet article

commentaires

Clics Pratiques

  • : Au foutoir de la fiction
  • Au foutoir de la fiction
  • : Théories de la lecture, de l'écriture, de la fiction et de son effet sur la réalité, productions d'écrivailleuse et nouvelles de moi.
  • Contact

Vous Cherchez Quelque Chose ?

Me Connaître