Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 juin 2012 3 20 /06 /juin /2012 09:26

Mine de rien, le samedi se rapproche, et je ne sais vraiment pas ce qui m'attend au lycée Henri IV. Selon toute probabilité deux heures de bavardages avec mon éditrice, assez peu de visite, d'autant qu'à 10, le cloitre sera peu fréquentés. Ce qui m'ennuie, c'est que si quelqu'un s'arrête pour voir, je ne sais pas quoi lui dire pour lui donner envie d'acheter mon livre. J'ai déjà visité des salons du livre, et vu des auteurs qui essayaient désespérément de retenir les rares visiteurs à s'arrêter à leur stand. Je ne leur ai jamais rien acheté, pourtant, à chaque fois, j'ai pris leur livre, l'ai feuilleté, mais rien à faire, il n'est jamais arrivé que ce qui tombait devant mes yeux me paraisse intéressant, et que l'auteur me convainque que ça l'était.
Je saurais parfaitement quoi dire pour intéresser le passant à "Je m'appelle Hérédia" par exemple. Dés qu'il s'agit de mon livre, c'est plus délicat. Déjà, c'est un livre que j'ai écrit avant mon passage par l'enseignement et l'effondrement moral qui en a découlé. J'étais une autre personne, et ma vision du monde était autrement plus optimiste. Défendre ce qui est affirmé dans ce livre, alors que tant de temps et d'événements me séparent de lui n'est pas chose aisée. Et puis, il s'agit de mon livre, et je crois que je ne peux pas vendre mes propres livres. Peut-on d'ailleurs vendre ses propres livres ?Peut-on connaître ses propres livres assez pour les vendre  ? On les aime pour des raisons intimes, personnelles, auquel le lecteur n'a pas accès. On ne saurait pas dire ce qui, dedans, peut plaire à quelqu'un qui ne l'a pas écrit.
De plus, comment, en temps qu'auteur, vouloir obliger quelqu'un à feuilleter son livre même s'il n'en avait pas le réflexe au départ ? Ce n'est pas le genre de relation qu'on cherche avec son lecteur. On veut que le texte l'interpelle, le happe, qu'il y entre par désir et le quitte à regret.
En fait, est-ce qu'on peut vendre un livre ? Le lecteur vient à la librairie avec un désir précis, et le libraire peut lui dire "ce livre existe qui correspond à votre désir" mais le désir, on ne peut pas le créer de force dans le coeur du lecteur, il est là, ou n'est pas là, et ce n'est que s'il est là qu'il peut y avoir rencontre.
Bref, à samedi, ceux qui viendront. 

Partager cet article

Repost 0
Published by tchoucky - dans Nouvelles de moi
commenter cet article

commentaires

Clics Pratiques

  • : Au foutoir de la fiction
  • Au foutoir de la fiction
  • : Théories de la lecture, de l'écriture, de la fiction et de son effet sur la réalité, productions d'écrivailleuse et nouvelles de moi.
  • Contact

Vous Cherchez Quelque Chose ?

Me Connaître