Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 janvier 2013 4 10 /01 /janvier /2013 11:39

J'ai aimé Internet dés que je l'ai rencontré, parce que c'est un espace d'ouverture, où ta différence ne fait pas de toi un objet de rejet, mais un contributeur à la richesse et la diversité de l'espace. Aussi n'ai-je jamais compris cette volonté de diviser l'internet entre les vieux de la vieilles, qui le fréquentent depuis des années et en connaissent tous les codes, toutes les privates joke, toute les habitudes, et les nouveaux arrivants, qui ne connaissent pas, qui découvrent, qui ont tout à apprendre, et pas forcément de mauvaise volonté pour le faire.
J'admets que j'ai moi-même le sentiment qu'il y a deux générations d'internet. Quand j'ai commencé, les personnes auprès de qui j'ai démarré avaient vis à vis d'Internet une approche différente de celle qu'on décrit dans les média aujourd'hui. On s'y comportait comme on se comporterait sur une place publique, pas comme on se comporterait chez soit. On n'y divulguait ni son vrai nom, ni son numéro de téléphone, ni ses mensuration, certainement pas les photos de ses seins, assez rarement celles de son visage. Msn avertissait avant chaque conversation "surtout, ne divulguez pas d'information personnelle à quelqu'un que vous ne connaissait pas". Aujourd'hui, sur facebook, il est interdit de s'inscrire sous un pseudo, et on est incité à dénoncer ceux de nos contacts qui dérogent à cette règle. Mais même avec ce sentiment de différence, il ne me vient pas à l'idée de refuser d'échanger avec ceux qui n'ont pas reçu la même éducation internaute que moi. D'ailleurs, je suis inscrite sur facebook. Et sur twitter.
Une des principale guerre que j'ai menée,et perdue, sur internet, est la lutte contre l'attitude méprisante de ceux qui se sentent supérieurs aux débutants parce qu'ils connaissent les code que les débutants ne connaissent pas. Je n'ai jamais pu convaincre qui que ce soit qu'une explication vaut mieux que des insultes pour lutter contre le langage sms, le hors sujet ou le flood, et j'ai même du quitter le forum que je modérais depuis trois ans à cause de ça. Je ne voulais pas être complice de cette attitude que j'estimais faire souffrir inutilement des personnes qui ne le méritaient pas forcément. Mais on n'impose pas une façon de faire à 3000 inscrits qui en préfèrent une autre. On choisi seulement d'y participer ou pas. Et je ne voulais pas y participer. A ce moment-là, je n'avais encore jamais fait partie des victimes de ce snobisme, j'avais seulement une idée claire de ce qu'elles pouvaient ressentir.

J'ai pu en faire l'expérience, deux ans plus tard, quand un de mes collaborateurs est allé faire la promotion, sur un forum très réputé, d'un site que j'étais en train de créer.
Le site en question a été construit dans des conditions désastreuses. Ca devait être un projet à plusieurs, mais on m'a laissé le gérer toute seule, malgré mes demandes régulières d'aide et de conseil, puis, au bout de deux ans, on a voulu me le retirer sans sommation sous prétexte que mon travail n'était pas assez bon. Je l'ai abandonné, outrée, et attends encore les excuses de ceux qui étaient sensé y participer et ne sont intervenus que pour proposer de me virer. Par conséquent, ce site était sans doute criticable. Ce que je ne comprends pas est la façon dont il a été critiqué.

Déjà, le message de mon collaborateur a été accueuilli avec insultes, quolibets et moqueries méprisante parce qu'il contenait quelques fautes d'orthographes. (Le collaborateur en question avait des difficultés sur ce plan, et ce n'était pas par manque de bonne volonté, du tout). Les rares ayant daigné regarder le contenu du message plutôt que la forme sont tombé à bras raccourci sur le design du site, rivalisant d'éloquence et d'emphase pour critiquer les couleurs, le papier peint, la police d'écriture... "Du comic sans ms ! Dire qu'il y en a encore qui utilisent cette police honnie des dieux !"
Le design en question était le fruit d'un long travail de recherche, fait seule, malgré les multiple demande de conseils envoyé à mes collaborateurs. J'avais délibérément cherché à donner un aspect naïf et innocent, pour donner un sentiment plus convivial au visiteur. J'y avais passé des heures, et des larmes.
Inutile de dire que fort peu de ce joyeux orateurs se sont posés la question du contenu du site, et pourtant, les rares à l'avoir fait, on admits, du bout des lèvres, écorché d'avoir à dire quelque chose de positif, qu'il était bon.
Lorsque j'ai écrit au modérateur du forum en question pour demander un appel au calme, et qu'on demande aux orateurs méprisant des excuses envers mon collaborateur, en précisant bien qui j'étais, quel âge j'avais et en quoi cette affaire me concernait, celui-ci m'a répondu par un mail condescendant qui peut se résumer en ces termes "mon cher petit (j'avais précisé que j'étais une femme de trente ans), quand tu auras un peu d'expérience d'internet comme moi (j'avais précisé que j'avais été modératrice d'un grand forum pendant trois ans) tu saura que se moquer de ceux qui ne connaissent pas les normes est la façon normale de se conduire, et que c'est drôle. Maintenant, la prochaine fois, dis à ton petit frère de régler ses problèmes tous seuls."

Je n'ai jamais pu trouver de place sur aucun autre forum. Je n'ai jamais réussi à nouer de lien avec qui que ce soit d'autre sur internet, à cause de ma politique, qui consiste à penser que la pédagogie, c'est mieux que l'insulte, que tout le monde mérite qu'on lui laisse une chance d'apprendre et de progresser, et que si on refuse la nouveauté, on finit isolé à rire à ses propres blagues.(moyennant quoi, c'est moi qui suis seule, aujourd'hui, obligée de rire seule à mes propres blagues, séparée de tous le monde par un mur d'incompréhension, du coup, je devrais peut-être admettre que j'ai tort et que tout le monde à part moi adore être insulté par de parfaits inconnus qui ne savent rien de combien tu t'es investie dans ton projet, mais rien à faire, je n'arrive pas à trouver ça crédible une minute)
Quand je suis arrivée sur internet, j'écrivais en comic sans ms. Parce que c'est une jolie police, et que je n'étais pas au courant du mépris qu'elle suscite. J'aurais pu avoir un skyblog. J'aurais pu apprendre à écrire en sms, si on m'avait prétendu que c'est comme ça qu'il faut faire. Quand je suis arrivée sur internet, je ne savais pas ce qu'était un forum, qu'il faut poster des message toujours en rapport avec le titre du sujet, pas juste en rapport avec le post précédent, qu'il ne faut poster que pour donner des informations, pas juste pour dire "je suis d'accord". J'ai eu la chance de tomber, apparement, sur le seul et unique forum de tout l'Internet où, au lieu de m'humilier parce que j'ignorais toutes ces choses, on me les a expliquées.

Etant donné les triste circonstances dans lesquelles on s'est séparés, je ne peux pas me permettre de dire que ce forum a gagné à me laisser apprendre. Juste qu'en tout cas, pendant trois ans, il a prétendu y avoir gagné, et que son changement d'avis à mon sujet à été si brutal qu'il ne peut pas être complêtement justifié. En tout cas, je pense n'avoir pas fait que du mal à ce forum, durant le temps où j'y étais, sinon, on m'en aurait chassée bien plus tôt. Je persiste à ne pas trouver que se moquer est la façon normale de se conduire. Encore moins que c'est drôle. Je persiste à penser qu'Internet devrait être fait de diversité et de communication, pas d'isolement et d'humiliation.
Et je persiste à penser que le comic sans ms est une jolie police.

Partager cet article
Repost0

commentaires

G
Et tu as bien raison. Certains forums jouent comme toi la carte de la diplomatie et de la convivialité. J'hallucine moi-même devant le "c'est normal de se moquer, c'est drôle", c'est d'une<br /> bêtise.<br /> Concernant la police d'écriture : tant qu'elle est lisible ça me va. J'ai des préférences comme tout le monde mais elles sont loin d'être immuables.
Répondre